Arques la Bataille – sol intégralement écologique

Réhabilitation intégrale d’un sol à proximité de Dieppe, suivant une démarche écologique de A à Z : démolition de la dalle béton de ciment, décaissement du sol, pose d’un hérisson réutilisant les gravats de la dalle ciment complémentés de cailloux de provenance locale, pose d’une isolation liège chaux (liège recyclé local), pose d’une dalle béton de chaux (agrégats locaux), finition en tomette de récupération (locale) pour une partie de la pièce, finition terre crue (locale) pour le reste de la pièce. Travaux réalisés en chantier participatif pour une bonne partie.

Etat initial. Vous vous dites peut-être : ne serait-il pas plus écologique de garder l’existant que de tout péter? En fait, dans le bâti ancien, les dalles béton de ciment empêchent le sol de “respirer”, et toute l’humidité du sol remonte dans les murs au lieu d’être gérée sur toute la surface du sol. D’où l’intérêt des sols en terre (crue ou cuite) sur dalle béton de chaux ou béton de terre.

Démolition de la dalle existante et décaissement (creusement) de 50cm pour ménager assez d’espace pour placer un hérisson et une isolation. Les blocs de béton (non ferraillés) issus de la démolition de la dalle ciment ont été conservés pour être remployés dans le hérisson

Un hérisson a le même but qu’un vide sanitaire moderne : il permet de limiter les remontées d’humidité par capillarité. Dans cet objectif, l’idéal est de poser les blocs sur une pointe pour limiter les contacts au sol. Mais si on ne dispose pas localement de gros blocs pointus, une épaisse couche de gravier sera déjà bien plus drainante que la terre. Les blocs de béton (non ferraillés) issus de la démolition de la dalle ciment ont été conservés pour être remployés dans le hérisson. Un complément a été fait en silex local et gravier local.

Une couche de gravier permet de “finir” le hérisson en surface. On le tasse avec une plaque vibrante. Sur ce chantier, le hérisson est d’une épaisseur de 20cm (c’est le minimum).

——– Article en cours de rédaction, merci de votre patience! ————

Stage Restauration de mur ancien – Beauvais – juillet 2017

Les Ateliers de la Bergerette à Beauvais proposent chaque année un large programme de stages d’éco-construction ouverts à tous, dont j’encadre une partie.

Le 8 juillet 2017, ce sont 12 stagiaires qui sont venus s’initier à la restauration de murs anciens!

Plus d’informations sur cette page.

Reconstruction d’une portion de mur

On enlève toutes les briques qui ne tiennent plus avant de les remaçonner à la chaux.

Reconstruction du haut de soubassement

Dépiquage des joints au burin.

Dépiquage des joints à la meuleuse équipée d’un disque spécial joints

Pose de joints au fer à joints.

Pose de joints à la poche à douille.

Pose de joints au fer à joints.

Cabinet de Curiosités

Voici quelques curiosités rencontrées sur les chantiers, que ce soit des détails constructifs ou des merveilles de la nature…

Ouf! Me voilà rassuré…

Jolie estampille de fabricant, “LC”. Déjà rencontrée sur 2 maisons de Saint-Vaast-d’Équiqueville. Quelqu’un connait-il ce fabricant?

Superbe calvaire en silex taillé, qui orne avec finesse ce pignon de grange.

Graffiti à thématique maritime sur un jambage de cheminée. Mention “MARE” (?) et date en dessous: 1654 !

Très probablement une ancienne peinture à l’ocre. J’ai exactement la même teinte sur ma grange, à 5 km de là!

Pendant que je construis en terre (chantier torchis à Ricarville), les hirondelles occupent leurs propres maisons…en terre!

Les hirondelles sont capables de restaurer leurs maisons en terre crue! La partie plus sombre est de la terre fraiche, qui remplace une partie effondrée.

Les fourmis apprécient mon torchis frais! Ce nid se trouvait sous la bâche.

Grosse concentration de poils d’animaux, comme souvent dans les enduits de chaux anciens, appelés “blanc en bourre”. Les poils étaient issus du tannage des peaux.

Elle est discrète au milieu de la photo, mais cette chenille semble apprécier le torchis frais!

Le Catelier 1 – brique et bardage

Petite intervention sur le pignon d’une ancienne laiterie en brique et silex : reconstruction du pilier d’angle en brique et pose d’un bardage en chêne local.

Les briques issues du démontage ont été réemployées dans la mesure du possible, et complétées par des briques de récupération.

Ce bâtiment était une “laiterie”, annexe qui servait notamment à affiner les fromages. On reconnaît les laiteries grâce aux ouvertures horizontales que l’on voit sur la gauche de la photo. Elles sont partiellement fermées par des “lattes” de bois (ici remplacées par un grillage métallique) insérées verticalement, empêchant les intrusions mais permettant l’aération!

Après

Avant

Fête de la Confédération Paysanne 2017

Retour en images sur la démonstration torchis réalisée dans le cadre de la fête de la Confédération Paysanne 76, le 23 septembre 2017 à la Chèvrerie du Val de Bures!

Vous pouvez retrouver ce lieu de production fromagère et aussi d’activités pédagogiques nombreuses sur son site internet ou son profil Facebook.

Merci à Sarah et Angelin pour leur accueil, et aussi aux différents auteurs des photos. Bravo aux enfants qui ont eu le courage de mettre la main à la pâte!

De nombreuses autres animations et stands étaient présents: les couteaux de La forge de l’écureuil, les oeuvres d’art de Daniel Poullain, la Librairie de la Varenne, la Bergerie de la Gâte, l’association ARBRE, un artisan qui travaille le cuir, une animation de teinture végétale, et bien d’autres!

Saint Vaast d’Equiqueville 2 – linteau

Remplacement d’un linteau en chêne.

Suite à des infiltrations d’eau, le linteau ancien s’est désagrégé. La maçonnerie située au dessus de ce linteau s’est ainsi retrouvée fragilisée et commençait à tomber.

Etat initial – on constate que la maçonnerie se détache suivant l’angle de répartition des poussées, soit à 45° en général.

Etat initial

En général, les linteaux anciens sont en deux ou trois parties, selon l’épaisseur du mur. Ici, la partie intérieure était en bon état et soutenait donc encore le tiers intérieur du mur.

Il a donc “suffi” de retirer le parement du mur (en silex et brique) au dessus du linteau pourri, en suivant les lignes de poussée qui se rejoignent en formant un triangle au dessus de l’ouverture. Au dessus de ce triangle, le mur se maintient “tout seul”.

En cours d’intervention

Détail révélant la conception du mur: les deux tiers intérieurs sont constitués de gros blocs de pierre calcaire, et le parement extérieur est en silex. A intervalle régulier, des bandeaux de briques sont posés sur toute l’épaisseur du mur, assurant ainsi un chaînage.

Le nouveau linteau en chêne local est posé, et la maçonnerie reconstituée à l’identique. La reprise intégrale des joints de ce pignon, prévue pour plus tard, masquera complètement cette intervention.

Vous avez besoin de remplacer un linteau ancien? N’hésitez pas à me contacter!

 

Martin-Eglise 1 – four à pain

Pose d’un nouvel enduit de finition sur le four à pain communal de Martin-Eglise.

  1. rebouchage des fissures et des trous avec un mélange terre/sable/paille longue
  2. pose d’un enduit de finition terre/sable/paillette de lin.

La paillette de lin, très courte, permet de fibrer un enduit de faible épaisseur, ici, 1 à 2 cm d’épaisseur. Cet enduit a été particulièrement chargé en paillette: cela limite les possibilités de lissage, mais doit permettre de résister autant que possible aux fortes variations de températures auxquelles le four est régulièrement soumis.

Forte d’une dizaine d’années d’expérience, la mairie lance la mise en chauffe très progressive du four 5 jours avant la cuisson des pains!

Enduit de finition en cours de pose

A droite (beige clair), l’ancien enduit de finition. Au milieu (brun foncé), le rebouchage des fissures, chargé en pailles longues. A gauche (brun clair), l’enduit de finition terre/sable/paillette de lin.

Enduit de finition en cours de pose

Le soleil se lève sur le four à pain communal…

Cet enduit a été particulièrement chargé en paillette: cela limite les possibilités de lissage, mais doit permettre de résister autant que possible aux fortes variations de températures auxquelles le four est régulièrement soumis

 

Quelques semaines plus tard, le four est de nouveau en usage. La commune de Martin-Église organise régulièrement une cuisson de pains et brioches, en vente à la sortie du four!

Et voilà les bonnes brioches dorées à l’ancienne!

VOus avez également un projet de restauration ou de construction d’un four à pain? N’hésitez pas à me contacter!